Ma série “The Miracle of Älmhult” propose une réflexion sur les conséquences de l’utopie Ikea dans nos modes de vies. Ikea représente aujourd’hui la promesse envoûtante de transformer notre espace personnel en un havre de paix immaculé à la Suédoise. Cette vision se retrouve à son paroxysme dans la ville qui à vu naître l’entreprise: Älmhult. Devenue au fil du temps le point névralgique de la mythologie d’Ikea, chaque maison, chaque habitant est une invitation à célébrer la célèbre marque jaune et bleu et devient l’instrument d’une promotion marketing de la marque. Cette configuration tout à fait particulière de la ville, impose de devoir se conformer à certaines règles. Dans ces décors asseptisés semblable aux maisons potemkines, l’espace personnel semble peu à peu vidé de tout ce qui fait désordre. C’est dans ce contexte que j’interroge ce qui fait habiter en modifiant, parodiant, et en me réappropriant les codes des catalogues ikea afin de déconstruire ces nouvelles utopies urbaines. Ce projet nous amène à nous interroger sur la place de l’habitant dans ces villes désincarnées